La filiation

ueshiba morihei

Morihei Ueshiba (1883-1969) est sans aucun doute l’un des Japonais les plus connus en Occident et particulièrement en France. Fondateur de l’aikidô, son portrait figure dans la plupart des dojos de France et du monde. L’aikidô regroupe en effet aujourd’hui plus de 70 000 pratiquants en France et plusieurs centaines de milliers sur les cinq continents. Paradoxalement l’aspect philosophique de son œuvre demeure quasiment inconnu. Ses écrits ont commencé à être traduits à partir de 2006 par les membres de notre école. Ces publications révèlent une doctrine riche et complexe, fondée notamment à partir du Bouddhisme et du Shintô, élaborée en vue d’un seul objectif : construire un monde en paix. L’œuvre littéraire de Ueshiba fait écho à la littérature japonaise la plus ancienne, notamment au premier livre japonais, le Kojiki, et établit, de par sa volonté d’universalisme, des ponts entre Orient et Occident.

hikitsuchi michio

Hikitsuchi Michio est né le 14 juillet 1923. Il débute la pratique des arts martiaux dès l’âge de 9 ans et fait la connaissance du fondateur de l’aikido, Ueshiba Morihei, lors de sa quatorzième année. En 1969, quelques mois avant la disparition de UeshibaHikitsuchi-sensei reçoit du fondateur le 10ème Dan, grade le plus élevé. Ce dernier lui donna également l’autorisation écrite d’enseigner le Masakatsu Bô-jutsu (maniement du bâton long) et du Choshokubai no Ken (maniement du sabre). Maître Hikitsuchi est décédé le 2 février 2004 dans la petite ville de Shingu, dans le Wakayama, au Japon où il vivait et enseignait.

gérard blaize

Gérard Blaize fut l’un des principaux élèves de Hikitsuchi Michio et le premier pratiquant non Japonais à obtenir le 7ème Dan. En 1976, alors 3ème Dan, il part au Japon et y reste jusqu’en 1981. Il y fait notamment la rencontre de son futur professeur, Hikitsuchi Michio. En parallèle, il suit l’enseignement d’une école de jô-jutsu (école de bâton) dont il est aujourd’hui 5ème Dan et découvre le Katsugen undô (mouvement régénérateur) de Noguchi Haruchika. Il reste à ce jour l’un des plus haut gradés occidentaux.

Les professeurs

bruno traversi

Docteur en philosophie, chercheur associé au I3SP (Institut Sciences Sport Santé de Paris) de l’Université Paris V et chercheur attaché à la SFPA (Société Française de Psychologie Analytique), enseigne la philosophie de l’éducation et la psychologie dans les instituts de Formation des Maitres, au niveau Master. Il est titulaire du Brevet d’Etat (BEES spécialité aikidô) et diplômé de l’Aikikai de Tokyo (centre mondial de l’aïkidô à Tokyo).

Il a en outre publié plusieurs articles scientifiques sur les états modifiés de conscience, sur le rapport de l’inconscient collectif et du corps, et les livres Le Corps inconscient selon Carl Gustav Jung et Wolfgang Pauli (Ed. Harmattan) et L’Arrière monde ou l’inconscient neutre (Editions du Cénacle). Il est également responsable pour les Editions du Cénacle de la traduction et de l’édition des écrits de Ueshiba Morihei, Takemusu Aiki. Il est président de l’Association régionale de psychologie analytique et d’hypnose.

joffrey chassat

Titulaire d’un master langue et société, spécialité japonais, Joffrey Chassat étudie la pensée de Deguchi Onisaburô, cofonfateur du mouvement religieux Ômoto-kyô et maître spirituel de Ueshiba Morihei. Il suit l’enseignement de Bruno Traversi depuis plus de dix ans et est secrétaire de l’Association régionale de psychologie analytique et d’hypnose.

Il a notamment publié Transe et gouvernement de soi et du monde selon Deguchi Onisaburô et Kojiki – mythes choisis pour les Editions du Cénacle. Depuis 2010, il participe à la traduction et à l’étude des écrits de Ueshiba Morihei, Takemusu Aiki.